En processus de changement......

Catégorie : Inspiration

Don’t limit your challenges, challenge your limits!

Auteur: Christopher Michel, Paradoxe collaborator, Change Management specialist and Hiker

Date: 4 Mars 2018

As a professional Change Manager, I have always approached projects, regardless of size and scope, as I would a summit attempt on a mountain. As an avid and passionate hiker/climber, the steps taken to successfully climb a mountain directly relate, if not mirror, the steps of a change management endeavor.

When we look at Change Management methodologies, we know that we don’t always treat them as gospel, especially considering every project has its own challenges, therefore focusing more on specific aspects of a methodology for various projects might come into play and often do.

The same goes for approaching a summit attempt on a mountain. The analysis of the terrain, the challenges on the trail, the path of least resistance, the training prior to the climb and supporting those who will accompany you are just some examples of how we can approach a project, execute on a plan and make it as successful as possible.

When leading a change project or an attempt to climb a mountain, preparation is essential. We prepare because we need to adjust. We adjust because aspects of the project can change very quickly and sometimes without warning as does weather on a mountain.

Inspiring a team throughout changes and helping them along the way to better adapt and believe in the final goal is key in both Change projects as it is on a climb.

 

Christopher Michel

Créativité : Il n’est jamais trop tard pour jouer!

Auteur: Anie Jodoin Lacoste, Chroniqueuse Paradoxe, Enseignante au préscolaire et maman créative.

Date: 5 Décembre 2017

La créativité se décrit, de façon générale, comme étant la capacité d’un individu ou d’un groupe à imaginer ou construire et mettre en œuvre un concept neuf, un objet nouveau ou à découvrir une solution originale à un problème.

Qu’on soit enfant ou adulte, la créativité est accessible à tous! Seul nous pouvons y mettre une limite et seul nous pouvons l’exploiter sans limites.

Selon le Programme de formation de l’école québécoise (2001), c’est par le jeu et l’activité spontanée que l’enfant s’exprime, expérimente, construit ses connaissances, structure sa pensée et élabore sa vision du monde. Il apprend à être lui-même, à interagir avec les autres et à résoudre des problèmes. Il développe également son imagination et sa créativité. L’activité spontanée et le jeu sont les moyens que l’enfant privilégie pour s’approprier la réalité; il est donc justifié que ces activités aient une place de choix à la maternelle et que l’espace et le temps soient organisés en conséquence.

Étant enseignante au préscolaire, je suis convaincue de l’importance du jeu et de la créativité dans le quotidien des enfants. Toutefois, je crois qu’on peut transposer cette importance chez l’adulte aussi. Pourquoi nos responsabilités, nos engagements, nos contraintes de vie et j’en passe nous obligent à toujours agir avec maturité, réflexion et réserve? Est-ce paradoxal de joindre la créativité, le jeu et l’imagination à l’adulte que nous sommes?

Quand nous passons à l’âge adulte, nous perdons, pour la plupart, ce côté spontané, cette imagination, cette créativité sans limites et sans jugement. Être adulte ne devrait pas nous soustraire à cette joyeuse façon de voir les choses, au contraire, nous devrions la laisser surplomber nos vies pour nous aider à mettre un peu de « folie » dans notre quotidien. Soyons créatif dans nos repas, dans nos choix vestimentaires, dans nos activités, notre décoration, mais aussi dans notre façon d’entrevoir les situations, de régler nos problèmes, de déstabiliser notre routine et pourquoi pas dans notre emploi.

Lorsque nous rencontrons une difficulté dans notre vie, nous avons tendance à voir cela comme une montagne, car, en fait, ce que nous trouvons difficile s’avère généralement quelque chose qui est nouveau pour nous. La nouveauté amenant une certaine anxiété, le cerveau humain réagit comme s’il était face à un danger. Et comme cela fait partie de notre génétique, face aux dangers, nous reculons pour préserver notre sécurité. Prenons comme exemple le cas d’un enfant de 5 ans qui apprend à écrire et pour qui les lettres ne sont que des dessins qui ne veulent rien dire. Le danger étant de se tromper et de vivre un état de honte, de découragement, voire d’échec. Pour lui, écrire représente donc quelque chose de nouveau et de dangereux. Si cet enfant était adulte, il déciderait probablement d’éviter de se prêter à l’activité. Pourtant, en tant qu’enseignante, j’amène mes élèves à voir ce problème, ou dois-je dire ce défi, comme un jeu. Je leur propose la chose suivante : « Jouons à faire semblant d’écrire comme les premières années en essayant de trouver la lettre du son qu’on étire comme un élastique ». Les enfants se sentent alors rassurés et voient maintenant ce défi comme une occasion d’être meilleurs, d’être comme des élèves de 1ère année.

La créativité et le jeu peuvent modifier notre état d’esprit de façon temporaire, mais aussi de façon permanente si nous les intégrons à notre mode de vie. Pour les adultes, au travail, la même philosophie peut être appliquée. Voir nos problèmes, le changement, comme des défis et créer des solutions par le jeu.

Plus on joue, plus on apprend! Plus on apprend, mieux on joue! Et mieux on joue, mieux on apprend!!

Alors, créez votre avenir en jouant avec les cartes des possibilités qui s’offrent à vous et en ayant toujours en tête que vous êtes la seule barrière à votre imagination!

Anie Jodoin Lacoste